Quels outils pour tracer de belles lignes

Alors qu’on sait à peu près avec quoi réaliser des aplats sur toile ou sur papier, le traçage de belles lignes régulières peut parfois poser problème. En effet, cela dépend non seulement de l’épaisseur de notre peinture. Mais aussi de l’outil en lui-même, de ses caractéristiques. Comme sa rétention de couleur ou encore de sa prise en main. Que ce soit sur toile ou sur papier, voyons ensemble ce que nous pouvons utiliser pour faire de belles lignes régulière.

 

Point sur l’encre et la peinture :

 

La peinture est parfois assez épaisse, et ne passe pas dans les réservoirs des pinceaux, des plumes, des stylos que vous allez utiliser. Ainsi, il faut les diluer dans l’eau pour leur donner une consistance plus fluide ce qui en plus permettra un meilleur contrôle pour tracer de belles lignes. Mise à part certaines peintures très chargées en pigments ou conçues pour être très fluides… La plupart des peintures n’est pas adaptée à cet usage. Ainsi, si le gros de votre ouvrage se compose de lignes tracées, je vous recommande d’utiliser des encres.

 

Pour le papier, vous pouvez utiliser des encres de chine et assimilées, à la gomme laque, et des encres calligraphies, ou encore de la gouache. Sur toile, je vous recommande d’utiliser des encres acryliques ou de la gouache acrylique.

 

Les outils pour tracer de belles lignes

 

Mais passions au coeur du sujets : quels outils pour tracer de belles lignes ? Que peut-on utiliser en tant que peintre ou illustrateur pour obtenir de beaux tracés, souples et réguliers, avec nos encres ? Il existe un certain nombre de solutions pour ce faire, certaines sur toile et d’autres sont un peu plus pratiques à employer sur papier.

 

1 – Le pinceau traceur

 

Ce que j’appelle le pinceau traceur est un pinceau très fin et long, pointu, destiné originellement à l’aquarelle. Ses poils de martre, fins et nerveux, reprennent leur forme à la fin du tracé. Sa longueur permet une belle souplesse du tracé, tout en assurant une bonne charge de peinture grâce à son excellente capillarité. Le gros avantage de cet outil est d’obtenir des tracés souples et vivants. On peut alterner les aplats et les lignes avec un seul outil. Et bien entendu, le pinceau s’utilise aussi bien sur une toile que sur papier.

 

 

tarcer de belles lignes au pinceau

 

2 – La plume à dessin

 

Extrêmement pratique pour stocker l’encre et créer une sorte de réservoir, la canule dans laquelle est insérée la plume permet de délivrer l’encre sans fuite. La plume n’est ni vraiment souple ni vraiment raide et permet de travailler avec l’encre que nous souhaitons utiliser. Si les aplats du pinceau nous sont inaccessibles, nous avons en revanche plus de contrôle sur la précision du tracé. Tout comme le pinceau, la plume permet de faire varier la largeur de notre ligne en exerçant une pression plus ou moins grande sur l’outil. A condition d’avoir une couche de peinture bien lisse, la plume s’utilise aussi bien sur toile que sur papier.

tracer de belles lignes à la plume à dessin

 

 

3 – Le marqueur Posca calibré

 

Le Posca à pointe calibré est un marqueur à l’encre acrylique noire très pratique. En effet, son réservoir permet de tracer sans s’inquiéter de devoir tremper sa pointe dans l’encre. Si vous tombez à cours, il vous suffit d’appuyer la pointe contre une surface dure et de « pomper » plusieurs fois pour redonner de l’encre à la pointe. La pointe acrylique est relativement souple. Le fait de pouvoir « pomper » offre un certain confort puisqu’elle bénéficie d’une sorte de « suspension » lorsqu’on appuie dessus. Il est en revanche presque impossible de faire varier le tracer comme au pinceau et à la plume. Et il n’existe qu’une seule largeur de pointe : 0.7mm. Il s’utilise à la fois sur la toile et sur papier.

 

4 – Le stylo technique à pointe calibrée rechargeable

 

Voici un de mes outils chouchous pour tracer de belles lignes. Le stylo technique à pointe calibrée rechargeable est un outil assez cher. Mais il permet d’économiser en argent comme en ressources sur les stylos calibrés jetables (de type Sakura ou Staedtler). Il existe plusieurs marques, certaines plus fiables que d’autres. Le stylo est une joli bête le plus souvent et se compose de plusieurs parties : une pointe en inox, solide et précise. Une cartouche ou réservoir, destiné à recevoir l’encre. Le corps du stylo, qui se dévisse et permet d’accéder aux différentes parties. Et le capuchon ou bouchon, étudié pour se visser sur sa pointe et la préserver du dessèchement. Toutes les parties peuvent se changer lorsqu’elles sont usées.

 

Si comme le Posca, il ne permet pas de faire varier la largeur du tracé, il présente en revanche une grande diversité de largeur dans ses pointes, allant de la plus fine 0.1mm à la plus large 2mm. Il est extrêmement précis et sera plus fin que les jetables. Il est en revanche difficile de l’utiliser sur toile si sa pointe est inférieure à 0.4mm.

 

En conclusion :

 

Pour tracer de belles lignes sur toile, pas de mystères : il faut une encre ou une peinture fluide et chargée en pigments… Mais aussi un outil fin qu’on saura manier dans toutes ses possibilités. Si le pinceau et la plume à dessin permettent de tracer des lignes à largeur variable comme dans une lettre calligraphiée, le stylo technique permet de tracer des choses très fines et très précises. Le Posca est réservé à des tracés réguliers et ponctuels.

 

En espérant que cet article vous ait plu ! N’hésitez pas à le partager partout où vous pourrez, et à me suivre sur les réseaux sociaux ! 🙂 Et bien sûr, abonnez vous à ma Newsletter pour recevoir mes actualités et mes exclusivité sur le processus créatif.

Laisser un commentaire